đŸ€šđŸ»Le collĂšge Xavier Bichat « fait un signe » !đŸ–đŸŒ

Ce vendredi 1er juin 2018 fut un grand jour pour la classe de 6Úme A :

Dans le cadre d’un projet culturel innovant, avec les disciplines Arts Plastiques et Français, le collĂšge Xavier Bichat ouvrait ses portes au public pour l’exposition intitulĂ©e « fais-moi un signe ! ».

Qualifiée comme « superbe » ou « instructive » selon les critiques, les spectateurs ont parcouru, tout un tissage méticuleux interdisciplinaire entre monde littéraire et univers artistique.

AccompagnĂ©s Ă©galement par l’artiste plasticienne Isabelle Jobard, les Ă©lĂšves de 6Ăšme A ont Ă©tudiĂ© les lettres et leurs reprĂ©sentations. A travers des techniques et des moyens plastiques variĂ©s, tels que le dĂ©coupage, les superpositions d’images, ou encore le pliage, ils sont partis Ă  la conquĂȘte des mots et du sens qui en Ă©mane.

Mais comment « Trouver Beau », lorsque chacun perçoit des goûts et des couleurs qui lui sont propres ?

De maniĂšre collective, les voici qui commencent, comme dirait l’Ă©crivain Patrick Rambaud Ă  « gribouiller », Ă  crĂ©er, Ă  offrir Ă  chaque regard, ce qui n’est pas encore une Ɠuvre d’art.

C’est alors, que tout prend forme, tout prend corps, tout prend vie 
 entre les mots « lire » et « voir », sous les coups de pinceaux au lavis.

Graphisme, impression, estampe sont des Ă©tapes effectuĂ©es par les Ă©lĂšves. Et mĂȘme s’ils n’en sont pas les prĂ©curseurs, ils ont pris plaisir Ă  dĂ©couvrir lors d’une sortie pĂ©dagogique l’histoire de la sĂ©rigraphie Ă  la maison du peuple de Saint Claude. Accueillis par l’association La Fraternelle, les Ă©lĂšves ont partagĂ© cette journĂ©e autour de diffĂ©rents ateliers proposĂ©s, dans le cadre du projet interdisciplinaire.

Repartis avec leurs impressions et pictogrammes, ils ont ensuite poursuivi leur projet, en s’appuyant sur la genĂšse et l’Ă©volution graphique de l’alphabet sous ses aspects les plus incongrus :

Qui pouvait prĂ©dire qu’une lettre comme le « P » pouvait muter vers celle du « R » ? Que le symbole d’un Ɠil donnerait naissance Ă  la lettre « O » ? Et pourtant les signes sont si prĂ©sents pour chaque lecture, sous nos yeux.

C’est avec imagination, et un soupçon de poĂ©sie que les 6Ăšmes ont proposĂ© des « nuages de mots ». Par le biais de la « rĂ©alitĂ© augmentĂ©e », ils ont crĂ©Ă© des petites sĂ©quences vidĂ©o exposant l’histoire et les mĂ©tamorphoses de ces lettres. Les jeunes artistes ont enfin rĂ©alisĂ© des autoportraits en langage des signes.

Ainsi, entre reprĂ©sentations sĂ©rigraphiques et images virtuelles s’articule tout un travail pointilleux entre l’art des images et l’art des mots.

“De mĂȘme que l’Ă©criture n’est pas la mĂȘme chez tous les hommes, les mots parlĂ©s ne sont pas non plus les mĂȘmes, bien que les Ă©tats de l’Ăąme dont ces expressions sont les signes immĂ©diats soient identiques chez tous, comme sont identiques aussi les choses dont ces Ă©tats sont les images.

Aristote (384-322 avant J.C.),